L’encaustique revient-elle à la mode?


Depuis deux ou trois ans, je vois plus d’œuvres à l’encaustique dans les galeries et très récemment dans une exposition artisanale au Parc historique de la Pointe-du-Moulin.

Aussi nommée peinture à la cire d'abeille, l'encaustique est une des plus anciennes techniques de peinture qui a été jadis utilisée par les artistes grecs, égyptiens et romains. Dans notre domaine, la façon la mieux connue de travailler la cire d'abeille est celle de la cire fondue. Celle-ci possède un certain corps et fond à 60 degrés Celsius.

Peu d’artistes s’adonnent à cette technique de peinture dont le résultat, une fois le médium contrôlé, donne des œuvres qui se conservent pour l'éternité. En effet, elle comporte un haut degré de difficulté de manipulation. Les grands tableaux demandent une certaine énergie physique car le médium n’est pas facile à utiliser. Un beau rendu exige une très grande maitrise de la technique.

L'encaustique est excellente pour la peinture murale, sur bois et sur toile. Sa pérennité est due à son caractère hydrophobe (elle renvoie de l'eau) pouvant ainsi être considérée comme une méthode éternelle. Cette technique reste supérieure à la peinture à l'huile en ce que concerne le jaunissement, l'oxydation, la souplesse et le séchage. Elle permet des textures plus sûres que celles obtenues avec d'autres techniques. La flexibilité naturelle de la cire fait en sorte qu’elle s’adapte au support sur lequel elle est appliquée et aux différentes conditions d'humidité ou de sècheresse de la température ambiante. Ce sont les raisons pour lesquelles, la cire d'abeille est considérée comme un des meilleurs médiums de peinture jamais utilisée dans l'histoire de l'art. Cette technique comporte cependant un haut degré de difficulté de manipulation.

37 vues

L'Île-Perrot, Montréal, Québec, Canada

Communiquez avec nous

Contact us