Mur de graffitis


Vu en passant… dans un passage du Musée des beaux-arts de Montréal. Murs de graffitis, une installation de George Segal qui a accroché mon œil, un texte qui m’a surprise par le rapprochement qu’on y faisait avec Warhol et le pop art américain. Intéressant.

Je transcrits ici la présentation de l’œuvre faite par le musée :

Figure centrale de l’histoire de l’art d’après-guerre aux États-Unis, Segal a une pratique riche et diversifiée associée au pop art américain. Comme son contemporain Warhol, Segal tire son inspiration de l’imagerie populaire. Mais tandis que Warhol se concentre sur la culture de la consommation et les célébrités, Segal s’attache à l’Amérique des cols bleus et de la classe ouvrière. Ses thèmes de prédilection, la solitude et l’isolement, l’associent davantage au travail des réalistes américains comme Hopper.

Mur de graffitis constitue un exemple significatif de ses tableaux vivants grand format et de sa méthode inédite de moulage de personnages en plâtre qui consolide la place de Segal dans l’histoire de l’art moderne. L’installation présente trois personnages masculins côte à côte dans un même espace, mais isolés les uns des autres. Mur de graffitis souligne l’intérêt de longue date de Segal pour les oubliés et autres citoyens New-Yorkais de seconde zone privés de droits. Il offre une sombre réflexion sur les marginaux des milieux urbains. L’œuvre révèle également l’accent mis par Segal, dans les années 1980 et 1990, sur le contraste entre ombre et lumière.

105 vues

L'Île-Perrot, Montréal, Québec, Canada

Communiquez avec nous

Contact us