• Nicole Delorme

Un esprit libre


Depuis mon jeune âge adulte j’ai toujours aimé Miro. J’ai un jour été accroché par ses « petits bonhommes » comme je disais. Fond blanc, formes linéaires, du rouge, du vert, du jaune, du noir, principalement. Le dynamisme, la composition épurée, les espaces blancs, la fantaisie, voilà ce que j’aime encore des toiles de Miro.

L’exposition Miro à Majorque présentée au Musée national des beaux-arts du Québec jusqu’au 8 septembre 2019 est à voir… pour ceux qui aiment le style évidemment. Vous y verrez des œuvres papier et des sculptures.

Je connaissais les œuvres de Miro, mais pas vraiment le peintre. Découvertes surprenantes : Gaudi l’a inspiré. Il a même consacré toute une série d’œuvres à l’artiste. – La gestuelle de Jackson Pollock. – Les fresques de Lascau qui représente pour lui les expressions les plus pures, les plus expressives de l’homme. – Une de ses icônes : l’oiseau, c’est la créativité ! – Les liens entre ciel et terre.

Une réflexion m’est venue pendant que nous parcourrions les salles. Et si ces toiles n’étaient pas signées de Miro, comment les qualifierions-nous? Pierre et moi venions de visiter des galeries et un de nos commentaires en voyant certaines œuvres abstraites ou modernes étaient que c’était n’importe quoi. En réponse à cela je me rapporte à une parole de Miro : L’œuvre doit nous parler.

MIRÓ DISAIT : « L’IMPORTANT N’EST PAS DE TERMINER UNE ŒUVRE, MAIS DE LAISSER

ENTREVOIR QU’IL SERA UN JOUR POSSIBLE DE COMMENCER QUELQUE CHOSE. »

#expositionart #exposition